Construction d’une maison neuve conforme à la RT 2012 et évolution vers la RE 2020

Constructeur de maisons individuelles en Bretagne et Loire Atlantique depuis 70 ans, Maisons de l’Avenir applique les réglementations qui régissent le secteur de la construction, telle que la norme RT 2012. La réglementation thermique 2012, a pour but de réduire les dépenses énergétiques des constructions neuves, afin de lutter contre le réchauffement climatique. Le respect de la norme RT 2012 impose la construction d’une maison à basse consommation (BBC) dont l’étanchéité à l’air ainsi que l’isolation sont renforcées, et dotée d’équipements de chauffage performants utilisant au moins une énergie renouvelable.

Chaque année, le secteur du bâtiment émet environ 1/3 des émissions annuelles de CO² en France et représente 44 % de l’énergie consommée. Pour atteindre les objectifs de neutralité carbone de la France en 2050, construire des bâtiments et des maisons neuves répondant aux défis du réchauffement climatique est essentiel. La qualité de l’air domestique, la maîtrise de la température intérieure (en particulier en périodes de fortes chaleurs) et la réduction de la facture énergétique pour les ménages, sont également des enjeux majeurs à prendre en compte.

Maisons de l’Avenir s’est très tôt mobilisé sur cette question, puisque nous étions le 1er constructeur de l’Ouest à proposer une maison BBC dès 2008. Nous innovons à nouveau en 2015 avec l’offre d’une maison passive, et en 2018 avec le lancement de la maison individuelle BÂTI ACTIV , une maison saine et positive.

Nous sommes donc prêts et totalement engagés pour relever le défi de la nouvelle norme environnementale RE 2020. Une réglementation environnementale plus ambitieuse contre le changement climatique, qui remplacera la RT 2012 dans les prochains mois.

une réglementation thermique 2012 pour la construction neuve et les travaux d’extension

Depuis le 1er janvier 2013, la réglementation thermique 2012 s’applique à toute demande de permis pour la construction d’une maison neuve ou la réalisation de travaux d’extension d’une maison individuelle, de plus de 50 m2. Cette norme RT 2012 a été mise en œuvre par la loi de programmation relative au Grenelle de l’environnement (n°2009-967 du 3 août 2009).

Les travaux d’extension d’une maison individuelle, tels que l’ajout d’une pièce ou la création d’un étage supplémentaire, doivent respecter la norme RT 2012. Pour les travaux d’extension de surface comprises entre 50 et 100 m2, le calcul simplifié RT 2012 s’applique (calcul du bbio uniquement). Des conditions spécifiques d’application sont également prévues pour les travaux d’extension (exigence relative au recours à une source d’énergie renouvelable, exigence de perméabilité à l’air…). Les travaux de rénovation sur les bâtiments existants ne sont pas concernés par la RT 2012. Les travaux de rénovation doivent répondre à la réglementation thermique définie par l’arrêté du 03 mai 2007 relatif aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des bâtiments existants.

Le principe de la réglementation thermique 2012

Qu’il s’agisse de travaux de construction ou d’extension, la réglementation thermique 2012 est avant tout une réglementation d’objectifs, dont les grandes lignes sont:

  •  trois exigences de résultats: le besoin bioclimatique (BBio), la consommation d’énergie primaire (Cep), le confort en été (Tic).
  •  des exigences minimales de moyens (ex. : test d’étanchéité à l’air)
  •  un système d’attestations de prise en compte de la RT 2012, afin de garantir l’application de la réglementation.

Les solutions de chauffage de la maison, de production d’eau chaude sanitaire et de ventilation font partie des points importants, car la RT 2012 limite la consommation énergétique à 50 kWh/ep/m2/an en moyenne (50 kilowatts heures d’énergie primaire par mètre carré et par an). La RT 2012 impose également que tout projet de construction, prévoit le recours à au moins une source d’énergie renouvelable, pour la production d’électricité, de chauffage ou d’eau chaude sanitaire : solaire photovoltaïque, solaire thermique, chauffage au bois, pompe à chaleur…

La norme RT2012 définit 5 postes différents :

  • L’enveloppe du bâtiment (les matériaux de construction),
  • L’étanchéité à l’air de la maison,
  • Le chauffage (assurer le confort avec peu d’énergie. L’effet joule tel que le chauffage électrique est pénalisé),
  • La production d’eau chaude sanitaire (pour les douches et la cuisine),
  • La ventilation (les entrées d’air et l’extraction doivent être régulées et étanches).

La réglementation Thermique 2012 définit 3 coefficients :

  • Le Besoin Bioclimatique (BBiomax) qui définit l’efficacité énergétique minimale du bâti.
  • La Consommation conventionnelle maximale d’énergie primaire (CEPmax) qui concerne les consommations énergétiques pour le chauffage, le refroidissement, l’éclairage, la production d’eau chaude sanitaire et d’auxiliaires (pompes et ventilateurs). La valeur du Cepmax doit être inférieure à 50 kWh/ep/m2/an, modulé en fonction de la localisation géographique.
  • La Température intérieure de consigne (Tic). Elle évalue le confort d’une maison en été. La valeur du TiC correspond à la température intérieure atteinte au cours d’une période de 5 jours d’été consécutifs. Sa valeur ne doit pas dépasser 26°C.

Les attestations de la réglementation thermique 2012

La norme RT2012 impose la fourniture de deux documents à établir à deux moments clés du processus de construction :

  • au dépôt de la demande de permis de construire. Le maître d’ouvrage atteste de la prise en compte de la réglementation thermique 2012 dans la conception de la maison neuve.
  • à l’achèvement des travaux de construction d’un bâtiment. Document établi par un organisme de certification indépendant (architecte, diagnostiqueur, bureau de contrôle…) Maisons de l’Avenir respecte la RT 2012 et fait l’objet d’attestations contrôlées par des organismes indépendants.

La nouvelle réglementation environnementale RE 2020

Les principaux changements entre RT 2012 et RE 2020

Les grands objectifs poursuivis par le gouvernement à travers cette RE 2020 rénovée, sont au nombre de trois :

  • Promouvoir la sobriété énergétique des bâtiments et la décarbonation des énergies consommées. Le CEPmax existe toujours, mais il n’est plus un indicateur clef de la réglementation. Le coefficient Bbiomax, est retenu comme symbole de l’efficacité énergétique, avec le coefficient Ic énergie (le contenu carbone de l’énergie consommée).
  • Diminuer l’impact carbone de la construction des logements (traduit sous la forme d’un coefficient Ic Composants),
  • Garantir le confort en cas de fortes chaleurs.

L’atteinte de ces objectifs s’étalera progressivement de 2022 à 2031.

La nouvelle norme RE 2020 doit permettre de créer un habitat moins consommateur d’énergie, avec la construction d’une maison bien réfléchie dans sa conception bioclimatique et qui diminue les besoins de chauffage. Elle aura donc pour conséquence la construction dans l’esprit de la maison passive. Concernant la production d’énergie photovoltaïque d’une maison positive (BEPOS), qui produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme, la RE 2020 va valoriser principalement la production d’énergie qui va couvrir les besoins en autoconsommation.

La nouvelle norme RE 2020 prendra également en compte les émissions de CO2 liées à la construction d’une maison d’habitation.  La notion de calcul de cycle de vie des matériaux favorisera l’utilisation de matériaux biosourcés (bois, chanvre, fibre de bois, cellulose, la pierre…). La norme BÂTI ACTIV de maisons de l’Avenir dans sa version de maison à ossature bois (MOB), s’inscrit complètement dans cette évolution vers une maison biosourcée.